L'histoire vraie d'une

 

ville sous la ville

Pendant la Première Guerre mondiale, une véritable ville souterraine a été construite sous la ville d'Arras. De là, des milliers de soldats ont déferlé par surprise sur les lignes allemandes. Un officier anglais raconte l'interminable attente, puis l'assaut dans la boue, le froid et les éclats d'obus. Un récit poignant et intimiste. (LE SEUIL)

 Livre papier

112 pages 

ISBN : 9791023508888

Editions : Seuil

 eBook

112 pages 

ISBN : 9791023508895

Editions : Seuil

 Livre audio

Durée : 1h50

ISBN : 978-2-37190-087-5

Editions : Belle Philis


Le comédien Matthieu Farcy propose la lecture de LA DEMOISELLE DE WELLINGTON en deux versions : 45 et 105 mn à destination des scolaires, collectivités, salons, mémoriaux...

Pour plus d'information contactez : Collectif Commune Idée tel : 0670482024 mail : communeidee76@gmail.com

LA PRESSE EN PARLE

"LA DEMOISELLE DE WELLINGTON" apparait dans le "Guide de 14-18 en bande dessinée". (chez Petit à Petit éditions)
"LA DEMOISELLE DE WELLINGTON" apparait dans le "Guide de 14-18 en bande dessinée". (chez Petit à Petit éditions)
Lire un extrait du roman
La demoiselle de Wellington - éditions S
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

 

Merci à Isabelle Pilarowski, responsable de la carrière Wellington d’Arras, pour ses encouragements et son accueil, ainsi qu'à Alain Jacques, Directeur du Service d’archéologie de la ville d’Arras, pour son implication, ses précieux conseils historiques et ses relectures attentives.  (Dorothée Piatek)


Dorothée Piatek

Auteure en littérature

& Aquarelliste

Dorothée Piatek est auteure en littérature et aquarelliste.

Elle est publiée aux éditions Le Seuil, La Martinière, Vilo, Bilboquet et Petit à Petit. Elle a obtenu de nombreux prix littéraires et a été adaptée au théâtre.

 

Elle illustre également de mini-univers tout droit sortis de son imaginaire, met souvent à l’honneur des scènes de vie ordinaires et peint des monuments connus, maisons de caractère et rues en miniature.

Ses aquarelles tiennent dans le creux de la main et l’on peut les observer avec curiosité derrière une loupe.